Traité de la Grande Paix de Montréal en 1701 & le Traité de Paris...

Click here to load reader

  • date post

    12-Dec-2020
  • Category

    Documents

  • view

    0
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Traité de la Grande Paix de Montréal en 1701 & le Traité de Paris...

  • Mis à jour 2018- le 25 juin. Image associée au texte : La grande paix de Montréal en 1701, détail (source : Videanthropca).

    Illustration par Francis Back

    Traité de la Grande Paix de Montréal en

    1701 & le Traité de Paris en 1763

    -1701-06-15. Instructions de M. de Callières au Père Bruyas envoyé avec MM. Le

    Moyne de Maricourt, de Joncaire et autres chez les Onnontagués, pour avertir les

    Iroquois de ne pas manquer de descendre à Montréal avec leurs prisonniers tel

    que convenu pour y rencontrer les Sauvages d'en haut, afin de faire tous

    ensemble l'échange des prisonniers. 15 juin 1701.

    -1701-08-04 : Traité de la Grande Paix. paix conclue par toutes les nations autochtones dont les

    Iroquois, et les Français. Grande Paix de Montréal. Ratification de la paix conclue entre les

    Français, leurs alliés autochtones et les Iroquois. Signatures de chefs iroquois, outaouais, hurons,

    abénakis, algonquins, sauteux, etc, sous forme de dessins représentant l'animal totémique de leur

    tribu. La ratification par les signatures des nations amérindiennes s'est déroulée par la suite en

    août et septembre. Ce document est connu sous le nom de Traité de la grande paix de Montréal de

    1701. Archives nationales d'outre-mer (ANOM, France), COL C11A 19/fol.41-44v aux mots Grande

    paix

    En mars 1700, une première conférence avait été organisée en territoire iroquois, à Onontagué. En

    septembre de la même année, une paix préparatoire est signée à Montréal avec les Cinq nations

    iroquoises. Treize marques amérindiennes figurent sur le traité. À la suite de cette première

    entente, il a été convenu qu'une invitation serait portée à toutes les nations des Grands Lacs pour

    les inviter à se rendre à Montréal à l'été 1701 afin d’y ratifier l’entente générale. Trente nations ont

    envoyé au total 1300 délégués pour discuter pendant plusieurs semaines, à grands frais pour leurs

    hôtes français, des conditions de l'action collective. Le protocole iroquois de la cérémonie des

    condoléances, l'échange de cadeaux et l'échange de prisonniers précédèrent la « signature »

    solennelle des accords en vertu desquels plusieurs nations s'engageaient entre elles à vivre en

    paix.

    http://bd.archivescanadafrance.org/acf/repo-frdafancaom.html?&ss=true&id=CABAC_PIAF_30213_CABAC_PIAF_30213&fmt=tab&qid=sdx_q0&from=notice http://fr.wikipedia.org/wiki/1700 http://fr.wikipedia.org/wiki/Onontagu%C3%A9 http://fr.wikipedia.org/wiki/Grands_Lacs_(Am%C3%A9rique_du_Nord) http://fr.wikipedia.org/wiki/1701

  • Le document original du Traité de la Grande Paix, semble avoir disparu. Celui ci-dessous est une

    copie calligraphiée par le secrétaire du gouverneur de la Nouvelle-France, quelques jours après la

    ratification. Les pictogrammes des nations signataires ont été fidèlement reproduits.

    La Grande Paix de Montréal en 1701 (Source : Videanthropca).

  • Illustration par Francis Back, cpyright : La grande paix de Montréal en 1701. jeuxpac.net et lesbeautesdemontreal.com

    « RATIFICATION DE LA PAIX faite au mois de septembre dernier, entre la Colonie de Canada, Les Sauvages ses alliez, et les iroquois dans une assemblée généralle des chefs de chacune de ces nations convoquée par monsieur le Chevalier de Callières gouverneur et Lieutenant general pour le Roy en la nouvelle france.

    A MONTREAL, le quatriême aoust 1701. COMME il ny avoit icy l'année dernière que des deputez des hurons et des outaouacs lorsque je fis la paix avec les Iroquois pour moy et tous mes alliez, je jugeay qu'il estoit necessaire d'envoyer le Sieur de Courtemanche, Et le R. P. Anjalran, chez toutes les autres nations mes alliez qui estoient absents pour leur apprendre ce qui s'estait passé, et les inviter a descendre des Chefs de chacune avec les prisonniers iroquois qu'ils avoient affin d'ecouter tous ensemble ma parolle.

    Jay une extreme joye de voir icy presentement tous mes enfans assemblez, vous hurons, outaouacs du Sable, Kiskakons, outaouacs sinago, nation de la fourche, Sauteurs, p8te8atamis, Sakis, puants, folles avoines, renards, maskoutins, Miamis, Ilinois, amikois, nepissingues, algonquins, temiskamingues, Cristinaux, gens des terres, kikapoux, gens du Sault, de la montagne, Abenakis, et vous nations iroquoises et que m'ayant remis les uns, et les autres vos interets entre les mains il puisse vous faire vivre tous en tranquilité; ie ratiffie dont aujourd'huy la paix que nous avons faitte au mois d'aoust dernier voulant qu'il ne soit plus parlé de tous les coups faits pendant la guerre, et Je me saisy de nouveau de touttes vos haches, et de tous vos autres instruments de guerre, que je mets avec les miens dans une fosse sy profonde que personne ne puisse les reprendre, pour troubler la tranquilité que je retablis parmy mes Enfants, en vous recommandant lorsque vous vous rencontrez de vous traiter comme freres, et de vous accomoder ensemble pour la chasse, de maniere qu'il n'arrive aucune Brouillerie les uns avec les autres, et pour que cette paix ne puisse estre troublée, je repete ce que j'ay desja Dit dans le traité que nous avons fait, que s'il arrivoit que quelqu'un de mes enfans en frapast un autre, celuy qui auroit esté frappé ne se vangera point, ny par luy ny par aucun de sa part, mais il viendra me trouver pour que je luy en fasse faire

  • raison, vous declarant que si l'offençant refusoit d'en faire une satifaction raisonnable, je me joindrois avec mes autres alliez a l'offensé pour l'y contraindre ce que je ne croit pas qui puisse arriver, par l'obéissance que me doivent mes enfans qui se ressouviendront de ce que je vais donner a chacune de vos nations affin que les anciens les fassent executer par leurs jeunes gens, je vous invite tous a fumer dans ce calumet de paix ou je commence le premier, et a manger de la viande et du bouillon que je vous fais preparer pour que j'aye comme un bon père la satisfaction de voir tous mes enfans reunis.

    Je garderay ce calumet qui m'a esté presenté par les miamis affin que je puisse vous faire fumer quand vous viendrez me voir.

    Apres que toutes les nations cy dessus eurent entendu ce que monsieur le Chevalier de Callières leur dit, ils repondirent comme il Suit.

    Le Chef des Kiskakons

    Je n'ay pas voulu manquer mon père ayant Sçû que vous me demandiez les prisonniers des Iroquois, a vous les amène en voilà quatre que je vous presente pour en faire ce qu'il vous plaira. C'est avec cette porcelaine que je les ay déliés et voicy un calumet que je presente aux iroquois pour fumer ensembles quand nous nous rencontrerons. Je me rejouy de ce que vous avez uny la terre qui estoit bouleversée, et je souscrit volontiers a tout ce que vous avez fait.

    Les Iroquois,

    Nous voilà assemblez nostre pere comme vous l'avez souhaité; vous plantates l'année derniere un arbre de paix Et vous y mîtes des racines et des feuilles pour que nous y fussions a l'abry; nous esperons presentement que tout le monde entend ce que vous dites, qu'on ne touchera point a cet arbre, pour nous nous vous assurons, par ces quatre colliers que nous suivrons tout ce que vous avez reglé; nous vous presentons deux prisonniers que voicy et nous vous rendrons les autres que nous avons. Nous esperons aussy presentement que les portes sont ouvertes pour la paix, qu'on nous renvoyera le reste des nostres.

    Les Hurons,

    Nous voila icy comme vous l'avez demandé, nous vous presentons douze prisonniers, dont cinq veullent retourner avec nous, pour les sept autres vous en ferez ce qu'il vous plaira, nous vous remercions de la paix que vous nous avez procurée et nous la ratifions avec joye.

    Jean leblanc outaouac du Sable,

    Je vous ay obey mon pere aussy tost que vous m'avez demandé en vous ramenant deux prisonniers dont vous estes le maistre; quand vous m'avez commandé d'aller à la guerre je l'ay fait, et a present que vous me le deffendez jy obey, je vous demande mon pere par ce collier que les iroquois dellient mon corps qui est chez eux, et qu'il me le renvoyent, C'est a dire les gens de sa nation.

    Sangouessy outaouac Sinago

    Je n'ay pas voulu manquer a vos ordres mon pere quoique je nusse point de prisonniers. Cependant voilà une femme et un enfant que j'ay racheptée dont vous feréz ce qu'il vous plaira; et voila un calumet que je donne aux iroquois pour fumer comme frères quand nous (reverrons ?).

    Chichicatalo, chef des Miamis

    Je vous ay obey mon pere en vous ramenant 8 prisonniers Iroquois pour en faire ce qu'il vous plaira. Si j'avois eu des Canots, je vous en aurois amené davantage, quoy que je ne voye point icy des miens qui sont chez les iroquois, je vous rameneray ce qui m'en reste, si vous le souhaitté, ou je leur ouvriray les portes pour qu'ils s'en retournent.

  • Onanguisset pour les Sakis,

    Je ne fais qu'un même corps avec vous mon Pere, voila un prisonnier Iroquois que j'avois fait a la guerre. Souffez qu'en vous le presentant je luy donne un calumet pour emporter chez les Iroquois et fumer quand nous nous rencontrerons. Je vous remercie de ce que vous eclairez le soleil qui estoit obceure depuis la guerre.

    Onanguisset Chef des Sotrouatamis.

    Je ne vous feray point un long discours mon pere. Je n'ai plus que deux prisonniers que je mets a vos deux costez pour en faire ce qu'il vous plaira. Voila un calumet que je vous presente pour que vous